Silence on médite ! Il n’est jamais aisé de partager son expérience de retraite Vipassana sans tomber dans la caricature, mais chez Darhanne nous assumons qui nous sommes !

Direction le Sri Lanka, et pour être plus précis, le centre de Nilambe, situé à 1 heure de route de la ville de Kandy, célèbre pour ses sites bouddhistes sacrés. Bien que non homologué Vipassana, Nilambe fait partie de ces institutions bouddhistes reconnues et très sérieuses, respectueuse des principes Vipassana et de son programme.

Site extraordinaire situé au milieu des plantations de thé de cette île de l’Océan Indien, au coeur de montagnes verdoyantes et sauvages, c’est l’endroit rêvé pour se plonger corps et âme dans cette expérience singulière. Dont on revient transformé…

 

Qu’est ce que le Vipassana ?

Vipassana signifie « voir les choses telles qu’elles sont réellement ». Il s’agit d’une technique de méditation très ancienne découverte et enseignée par Bouddha il y a 25 siècles, connue aujourd’hui dans le monde entier.

La pratique Vipassana est un entraînement mental consistant à observer les sensations du corps, comprendre leur nature, être conscient et développer l’équanimité, cette faculté à garder le même état d’esprit quelque soient les circonstances.

Quand votre projet de retraite devient réalité !

Vous vous renseignez depuis 3 mois. Vous en avez parlé autour de vous ! Ça y est vous êtes fin prêt.

La plupart de vos amis vous encouragent, même si certains d’entre eux vous voient comme la réincarnation de Raël… Les mêmes qui ne se sont jamais remis de vos expériences de cérémonie de leau dans un temple Hindouiste à Bali. Quant à votre mère, elle serait capable de vous dire :  « Tu vas bien pouvoir me téléphoner quand même ! Entre deux séances de méditation… ».

Le jour J est arrivé. Dans ce tuk-tuk qui nous amène au centre et qui semble fendre la jungle à chaque virage, nos pensées nous assaillent : il est encore temps de faire marche arrière, de contacter ses cousines, d’aller surfer sur la côte.

Quand soudain ces hésitations sont stoppées nettes à la lecture de l’écriteau à l’entrée du centre :

Vous êtes ici dans une zone de noble silence ! 

Accueillis par Veronica, une jeune moniale, nous découvrons le règlement, l’emploi du temps. Nous abandonnons dans un coffre pour 10 jours, passeport, carte bleue, téléphone portable…

On entre dans le concret de la retraite, ciao monde virtuel !

 

Début d’une journée type au centre

Il est 4h30, le gong retentit et interrompt cette nuit sans lune. On se lève automatiquement, on allume cette petite bougie qui est la seule lumière. Pas le temps de se pomponner, non. Ce n’est pas la Fashion Week ! Direction la salle de Méditation où nous attend le maître bouddhiste installé gracieusement sur son coussin. Il médite déjà. Nous nous asseyons humblement dans un silence qui bouleverse. Le coeur bat la chamade, on ferme les yeux. Bientôt la voix de velours du moine nous arrache à la nuit : « Observez vos pensées comme lon observe une montagne : avec distance. Ne les jugez pas, ne vous jugez pas … Vous êtes présents au monde, ici et maintenant. »

La méditation durera 1H30. Seules les familles de singes s’amusant sur les toits de taule viendront rompre cette tranquillité.

La journée est ensuite rythmée par des travaux communs (jardinage, cuisine), en observant le noble silence et la pleine conscience, entrecoupée de séances de méditations et des enseignements du moine.

Le corps est léger, parfois en lutte, quand à l’esprit, il trouve toujours un moyen de vous faire replonger dans le passé ou de vous imaginer et vous projeter dans d’autres décors.

Vous vous rendez rapidement compte qu’il ne va pas être aisé de réapprendre à regarder les choses dans la tranquillité de l’instant, de se concentrer sur sa respiration, de délaisser notre ego.

Entre lâcher-prise et résistance au changement

L’expérience est personnelle, et malgré l’introspection de chacune des personnes en pleine retraite, il semble que nous soyons tous traversés par de petits moments de joie et d’intenses contemplations où les mots simples du moine germent dans notre esprit… Pour que la minute qui suit nous emplisse de doutes immenses, de tristesse ou de mélancolie.

Alors on se répète tel un mantra :

– Ne pas s’identifier à notre mental.

– Toute chose est impermanente.

Jour après jours vous recommencez, et expérimentez. Le temps semble s’être s’arrêté, vous vous sentez à fleur de peau, les 7 heures de méditation par jour se ressentent physiquement, et des gens quittent le centre…

À ce moment-là les seuls instants délicieux sont ces repas divins face à la montagne. Une cuisine végétalienne qui nous connecte à la Terre. La magie opère… Nous retrouvons la beauté, même fugace.

Dernier jour au centre : un 31 décembre sur la Terre

En 10 jours, nous avons pu toucher du doigt les bienfaits de la méditation, déconstruire toute forme de croyances sur nous-même.

Pour la première fois, nous sortons du centre pour une marche dans la jungle jusqu’au sommet d’un immense rocher.

Tous assis, nous contemplons le soleil se coucher qui n’a plus la même couleur. L’un d’entre nous rompt le silence, les autres répondent à son invitation, nous découvrons les voix timides de ceux que nous apprécions déjà sans avoir dit un mot… Moment sacré et  immense émotion.

Je reviendrai à Nilambe.

Marie Ferrier.